Comment gérer des jumeaux ?

Avoir un enfant est une bénédiction à l’état pur. Il est rare de n’en souhaiter qu’un seul. Pour des raisons pratiques ou économiques, certains parents font ce choix. Mais le plus souvent, quand on a fait un, on en veut un autre. Alors quand il s’agit de jumeaux, le bonheur est plus que parfait. Les parents ont la chance d’en avoir deux pour le prix d’un. Bon, quand l’euphorie est retombée, on se rend compte que c’est deux fois plus de travail, deux fois plus d’insomnie, etc.

Bien s’organiser au niveau du timing

Le fait d’être dépassé vient du fait que le temps semble raccourcir. Cela est vrai pour tous les parents. Mais le fait d’avoir des jumeaux ne devrait pas être plus éprouvant. Le bain peut être pris à deux quand ils savent s’asseoir. Avant, il faut leur faire prendre l’un à la suite de l’autre. Le papa ou la maman s’occupe de sécher et d’habiller le premier pendant le bain du deuxième. En cas de larmes nocturnes, les deux parents se lèvent en même temps. Cela évite que les pleurs se suivent. En cas de famille monoparentale, le porte-bébé à double emplacement devient le gadget préféré.

Respecter leur relation

Être parents de jumeaux, c’est se retrouver face à deux enfants identiques, mais aussi face à un lien indestructible. Les jumeaux sont connectés de manière presque surréaliste. Pour pouvoir établir le contact avec leurs enfants, les parents n’ont pas à être des étrangers qui viennent envahir leur bulle. Ils doivent être ceux qui complètent cette bulle. En grandissant, le lien entre jumeaux évolue. Certains deviennent rivaux, d’autres deviennent la moitié d’un tout, et le meilleur scénario est pour ceux qui arrivent à vivre indépendamment de l’autre, sans en avoir fait un ennemi. Les parents tiennent un rôle important dans cette évolution. Les enfants deviennent rivaux parce qu’ils sont trop souvent comparés l’un à l’autre. Ils deviennent dépendants parce que leur personnalité individuelle n’a pas été suffisamment appréciée. Au contraire, les jumeaux deviennent des personnes à part entière, sans se détester, parce que les parents ont su les apprécier chacun pour qui ils sont.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *